Skip to content

De la confusion dans la transformation digitale

Trop de professionnels du digital abusent de l’ignorance et de la détresse des entreprises face aux enjeux et à l’urgence de leur transformation digitale. Les consultants, les ESN, les agences de com, les agences digitales… tous usent et abusent du terme « transformation digital » pour vendre leur offre de produits et services aux entreprises et leur donner l’illusion qu’ils pourront apporter la réponse à un problème fondamentalement interne et spécifique à chacun. Alors les entreprises se laissent berner et à leur tour utilisent le terme « transformation digitale » à mauvais escient, et se targuent de s’être « transformé » avec pour preuve leur nouveau site d’e-commerce, leur robot d’accueil ou encore leurs magasins connectés… Pourtant :

  • NON, mettre en place un site d’e-commerce n’est pas une projet de transformation digitale. La transfo digitale c’est travailler en interne dans l’entreprise pour que tous les collaborateurs, du PDG aux représentants syndicaux en passant par les filiales soient convaincus de la nécessité, de l’importance et de l’opportunité d’avoir un site d’e-commerce.
  • NON, avoir un robot d’accueil dans mon entreprise n’est pas un projet de transformation digitale. La transfo digitale c’est préparer les équipes afin qu’elles soient en mesure de détecter les opportunités que représente la robotique, de s’organiser pour expérimenter un robot et en analyser les résultats.
  • NON, mettre des Beacons dans mes magasins n’est pas un projet de transformation digitale. La transfo digitale c’est adapter mon SI pour qu’il soit le plus flexible et universel possible afin de pouvoir accueillir rapidement et simplement les technologies émergentes.

Bref la transformation digitale est avant tout une affaire de culture d’entreprise, de modification des organisations et éventuellement de modification du SI et des outils de travail. c’est une affaire interne et propre à chaque entreprise, la transformation digitale ne peut être sous-traitée. Vous ne pouvez pas la confier à un consultant externe ou à une agence, ce serait tout aussi aberrant que d’externaliser la construction de votre vision d’entreprise. Vous seul pouvez vous transformer.

 

Crédit photo Circle Of Confusion @500px

 

Published inCarnet de route

5 Comments

  1. EMMA EMMA

    Bravo pour cet article, limpide et direct…on n’en peut plus des discours véhiculées par des tours de contrôle (Directions) qui prennent pas la mesure du travail à faire pour guider leurs équipes et structurer une vision partagée…la technologie va plus vite que notre capacité à l’intégrer.

    • Laurent Assouad Laurent Assouad

      Merci Emma

  2. Je vous rejoins sur le fait qu’on ne peut pas confier la transformation à un prestataire (technique, créatif, …) extérieur, c’est-à-dire s’imaginer acheter sur étagère des leviers/outils qui marchent à tous les coups sans effort de l’organisation elle-même. Cependant, la conclusion de votre billet suggère que solliciter de l’aide à l’extérieur pour se faire aider sur des sujets que l’on n’a jamais traités serait une erreur, et là je ne peux pas être d’accord. Redécouvrir les bénéfices des partenariats de compétences, du tutorat, de la co-gestion de projets me semble une clé de succès essentielle pour les entreprises qui entrent dans une démarche de transformation (numérique ou pas).

    • Laurent Assouad Laurent Assouad

      Obligé d’être extrême pour faire passer le message. Dans mon dernier paragraphe je parle en fait de la gouvernance. C’est pour ça que j’utilise le mot « sous-traiter » qui me semble assez fort, qui montre que des entreprises peuvent se désolidariser du projet. Bref, pourquoi pas un accompagnement et des partenariats si la gouvernance et la vision sont bien ancrées dans l’entreprise. Merci pour votre commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *