Skip to content

[WWW2012] The Web of Things, la vie connectée

Deuxième journée du WWW2012. Aujourd’hui je me suis penché sur l’Internet des Objets (Internet of Things) et le Web des Objets (Web Of Things). Pour les puristes, sachez qu’il y a une différence entre ces 2 expressions. La première désigne la mise en réseau d’objets de la vie réelle, alors que la deuxième désigne la mise en réseau et le partage des flux de données issues de ces objets « connectés ». Bref, l’un parle de l’infrastructure et l’autre de l’échange d’information, mais pour faire simple je ne vais pas faire de distinction et parler simplement de WoT (Web of Things).

Qu’est-ce que le WoT ?

C’est simplement des objets réels qui peuvent envoyer ou recevoir des informations sur le web grâce à des capteurs/émetteurs/récepteurs. Ainsi on distingue 2 types d’objets :

  • Des objets émetteurs : ils sont équipés d’un capteur de signal (capteur de lumière, d’humidité, de mouvement, de signal GPS…) et d’un émetteur (GPRS, WIFI, Bluetooth, ondes courtes, câble ethernet…) qui lui permet d’envoyer le signal sur le web
  • Des objets récepteurs : ils sont équipés d’un actionneur (lumière, son, moteur…) et d’un récepteur qui lui permet de recevoir un signal issu du web.

Il y a des objets qui sont à la fois émetteurs/récepteurs et il y a des objets (que l’on peut qualifier d’inertes) qui émettent un signal unique comme les puces RFID.

En quoi le WoT est révolutionnaire ?

Un réseau constitué de capteurs et d’actionneurs n’a rien de nouveau. C’est le principe de base des automates industriels. Ce qui est révolutionnaire c’est le fonctionnement en système ouvert, et l’utilisation des technologies universelles du web (URI, http, REST, RSS…).
Jusqu’à présent, tous ces capteurs/actionneurs étaient enfermés dans des réseaux propriétaires, les signaux émis ne sortaient pas des usines et étaient interprétés par des programmes propriétaires. Nous assistons aujourd’hui à une libération des objets, une normalisation de leurs signaux (selon les normes du web) et par conséquent une interopérabilité extraordinaire.

Pourquoi maintenant ?

Les nouvelles technologies permettent de développer des « connecteurs » d’objets de plus en plus petits, avec une autonomie d’énergie de plus en plus grande et pour un coût de plus en plus faible. Connecter un objet au web devient de plus en plus simple et de moins en moins cher.

De ce fait, chaque jour, de nouveaux usages émergent.

A quoi sert le WoT ?

Les applications sont infinies, le Web des Objets permet par exemple :

  • de connecter tout un réseau de distribution d’eau (la moindre fuite est détectée instantanément)
  • de gérer un réseau de transport (chaque camion est géo-localisé)
  • d’optimiser la consommation d’énergie dans une ville
  • de gérer une maison/un immeuble à distance (chauffage, éclairage, fermetures…)

Quels sont les enjeux technologiques du WoT ?

Un lapin Nabaztag, une voiture avec GPS web-connecté, un smartphone, une tasse de café sur laquelle une puce RFID a été collée, un servomoteur sur une porte de garage… Ce sont tous des objets connectés mais les technologies qu’ils utilisent sont très différentes.
Le workshop auquel j’ai assisté aujourd’hui était dédié aux technologies (hardware et software) nécessaires pour créer un réseau d’objets émetteurs (sensors) et exploiter son flux de données. Ce n’est pas une mince affaire car pour créer un objet connecté indépendant (au niveau de sa source d’énergie et de son système de réception/émission), il faut une source d’énergie (batterie), un ou plusieurs capteurs et un micro-controleur.
Il faut ensuite un système qui réceptionne les signaux, les transforme (signal->flux de données), les stocke et les interprète. Le stockage et l’interprétation peut se faire avec des technos du web mais la réception et la transformation nécessite des technologies ad-hoc.

Conclusion

Le web des objets émerge tout juste, ses applications vont se multiplier dans les années à venir et moi j’ai hâte de voir ça. (D’ailleurs, en 2008, j’avais déjà écrit à ce sujet dans l’interface mobile de demain). Le Web des Objets associé au Web of Data est une véritable révolution technologique et nous avons la chance de la vivre !!


Compte-rendu de la journée WWW2012 et de la soirée d’hier :

  • par Romain Blachier
  • par Christophe Ramel
  • par Pierre Lemasson
  • par Jonathan Guillemain
Published inCarnet de routeEvénements

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *